mardi 24 mai 2016

La Transition au cinéma

Le film Demain arrivera sur nos écrans le 27 mai. Il parle notamment du mouvement de Transition et c’est un véritable phénomène en France avec plus d’un million d’entrées. Participez à le faire connaître autour de vous. Il parait que les gens qui ne sont pas encore engagés l'adorent.

https://www.youtube.com/watch?v=hNDQWyWlZAA&feature=youtu.be

De nombreuses séances seront suivies de périodes d’échanges, notamment:

Au Cinéma Beaubien:
  • Vendredi 27 mai 18h45 :
    Blaise Rémillard de Villeray en transition
  • Dimanche 29 mai 13h45 :
    Louise Lacroix de la Société écologique horticole de Villeray (SEHV), avec Partage ta terre
  • Dimanche 29 mai 18h45:
    Diane Gariépy du Réseau Transition Québec
Au Cinéma Quartier Latin:
  • Vendredi 27 mai soir :
    Serge Mongeau du Réseau Transition Québec
  • Samedi 28 mai pm :
    Hamid Maiza du projet Monnaie locale pour Montréal (Villeray en transition)
  • Dimanche 29 mai soir :
    Sylvie Robert du Réseau Transition Québec

Cinéthique Villeray termine la saison en grand!

Pour clore une première année de projections de documentaires reliés à l’environnement et aux initiatives citoyennes, Cinéthique Villeray- Cinéma Politica présentera son 16e et dernier film le 6 juin prochain à 19h30 au Patro Le Prévost : Pipelines, pouvoir et démocratie, réalisé par Olivier D. Asselin (ONF).



Ce documentaire produit par Denis McCready et Colette Loumède (productrice exécutive), nous plonge au cœur des luttes citoyennes qui ont permis de freiner le projet de port pétrolier de TransCanada à Cacouna et qui se poursuivent à travers le Québec pour contrer le développement d’oléoducs par l’industrie pétrolière. Le réalisateur explore les différentes sphères de pouvoir dans notre société à travers 4 principaux protagonistes: l’ex-député péquiste au ministère de l’environnement Daniel Breton, l’environnementaliste fondateur de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQPLA) André Bélisle, la citoyenne engagée Alyssa Symons-Bélanger que l’on a pu voir dans les médias enchainée aux clôtures de la raffinerie Suncor à Montréal, et Mikaël Rioux un militant pour la protection des cours d’eaux qui se dit pirate et partisan de l’action directe. Ce film important en phase avec les enjeux politiques et environnementaux actuels nous sensibilise sur les impacts des projets pétroliers et du pouvoir des mobilisations citoyennes. La tournée du film connaît un franc succès au Québec, soyez parmi les privilégiés à voir le film en échange d’une contribution volontaire et à discuter avec le réalisateur ! Un rendez-vous à ne pas manquer !!


Cinétique - Cinéma Politica Villeray est une initiative de citoyens bénévoles de Villeray en transition, en partenariat avec Cinéma Politica, l’Éco-Quartier Villeray et le Patro le Prévost. Le projet a vu le jour le 31 août à la première projection (jadis en collaboration avec le Labo de la Taverne Jarry). C’est environ 500 citoyens de Villeray et des alentours qui ont pu assister aux documentaires d’ici et d’ailleurs, récents et plus anciens, pour ensuite leurs pistes de solutions locales pour améliorer nos façons de vivre en communauté tout en protégeant notre bien commun que sont les ressources naturelles.

samedi 2 avril 2016

Une monnaie locale pour Montréal : conférence de Philippe Derudder suivie de la présentation du projet


Une monnaie qui, simplement en l'utilisant pour régler vos achats courants, favorise du développement écologique, économique et social... c'est possible?

Le mouvement des monnaie locales complémentaires prend de l'ampleur partout dans le monde (Chiemgauer en Bavière, WIR en Suisse, SOL en France, Calgary Dollar en Alberta, etc.)

Nous vous invitons donc à assister à la conférence de Philippe Derudder, auteur de plusieurs ouvrages sur la question. Cet événement sera aussi l'occasion de présenter l'état du projet de monnaie locale complémentaire pour Montréal. Le projet vous intéresse? Vous avez envie d'apporter votre contribution? Vous êtes curieux?




Venez nous rencontrer le samedi 9 avril à partir de 14h au chalet Normanville (7480 rue de Normanville)

mardi 2 février 2016

Le Brunch du siècle : sortons Villeray de l'ère du pétrole

MISE À JOUR DU 3 AVRIL 2016:
Consultez le bilan du Brunch du siècle au http://ocpm.qc.ca/sites/dev2015-v2.ocpm.qc.ca/files/webform/inscriptions/memoire_vet_eqv.pdf


========================






La population et les groupes de Villeray sont conviés au
Brunch du siècle pour réfléchir aux actions à porter afin de sortir le quartier de sa dépendance au pétrole. La consultation, à l’initiative de Villeray en transition et de l’Éco-quartier Villeray, marque la volonté citoyenne et communautaire à se prendre en main pour trouver des solutions face aux problématiques des énergies fossiles.

Détails sur l’activité
dimanche 21 février de 10h30 à 15h30
au Patro Le Prévost, 7355 Christophe-Colomb

L’activité débutera par un brunch-conférence et sera suivi par différentes activités de visualisation et discussions en groupe afin de trouver des solutions concrètes, ambitieuses et réalisables pour réduire la dépendance aux énergies fossiles dans Villeray. L’objectif visé est d'atteindre la neutralité carbone en 2042 à l’occasion du 400e anniversaire de fondation de Montréal.

Les conclusions de cette journée permettront aux organisateurs.trices de rédiger un mémoire pour la consultation de la Ville. Elles jetteront aussi les bases d'un plan de quartier pour lutter contre le réchauffement climatique.

Un contexte idéal
L’exercice arrive à point, alors que les dirigeants du monde se sont entendus à Paris pour limiter le réchauffement climatique en dessous du seuil des 2ºC, que la Communauté métropolitaine de Montréal s'oppose au projet de pipeline Énergie Est et que la Ville tient une consultation sur sa dépendance au pétrole (www.vertmtl.org). 

Horaire
10h30 - Accueil
10h45 - Brunch-conférence:
« Villeray: dépendant du pétrole? »
11h30 - Imaginer
« Vivre Villeray carbonneutre en 2042 »
Midi - Discussions collectives
« Enjeux et solutions pour un futur positif »
14h00 - Vision et engagement
« Où en serons-nous dans 25 ans? »
14h30 - Priorités
15h00 - Mot de la fin


Inscription
En ligne au http://tinyurl.com/brunch-villeray ou
Par téléphone au (514) 273-8535 #293.
Les participant.e.s sont invité.e.s à apporter un fruit pour compléter le brunch offert gratuitement par les organisateurs.trices.

Inscriptions Brunch du siècle

Cinéthique - Cinema Politica Villeray : s'informer... pour agir!

Nous revenons pour vous en 2016 au Patro Le Prévost avec ce beau partenariat avec Éco-quartier Villeray et Cinéma Politica!
 

À moins d'avis contraire, toutes les projections débutent à 19h30 et une contribution volontaire de 5$ est suggérée.

18 janvier 19h30 : This changes everything (v.o. avec sous-titres français)
Ce documentaire, filmé durant 211 jours de tournage étalés pendant des années dans neuf pays et sur cinq continents, illustre la thèse développée par Naomi Klein dans son essai Tout peut changer : Capitalisme et changement climatique, à savoir que la crise climatique est « une chance de transformer notre système économique défaillant en quelque chose de radicalement mieux ».

La présentation sera suivie d'une discussion avec Geneviève Talbot, de Développement et paix, Osanne Juteau, de la Coalition Vigilance Oléoducs, et Stéphane Théorêt, du Conseil de développement communautaire Solidarités Villeray.




1er février 19h30: In transition 2.0 (v.o. avec sous-titres français)

In Transition 2.0 est le nouveau film de Transition Network. Il nous plonge dans des histoires venues du monde entier, dans le quotidien des gens ordinaires qui réalisent des choses extraordinaires: des communautés qui impriment leur propre argent, qui font pousser de la nourritre un peu partout, qui relocalisent leur économie et construisent des centrales d'énergie propre.

Le Mouvement de la Transition est devenu viral. C'est un laboratoire social qui cherche à répondre à des temps incertains avec un optimisme engagé, de la créativité et des solutions.



15 février 19h30: Hands on: women, climate change (v.f.)
HANDS ON suit cinq femmes de quatre continents qui luttent contre les changements climatiques à travers la politique, les manifestations, l'éducation et l'innovation.


14 mars 19h30: Manifestes en série, épisodes 1 et 2 (suivi d'une discussion avec le réalisateur)*

Véritable tour du monde québécois, odyssée politique montée sur des musiques qui font taper du pied, Manifestes en série trace un portrait subversif et résolument moderne du Québec des années 2000. Sur 4 saisons, Hugo Latulippe et son équipe ont sillonné le pays afin de fréquenter ces citoyens engagés qui ouvrent des voies de solutions aux 4 coins du territoire. Visionnaires, apôtres du petit pas et déplaceurs de montagnes, ils façonnent l’avenir dans les secteurs-clés de l’activité humaine. Ils rêvent de plus de beauté, d’humanité. Ils donnent le goût de changer le monde. Un geste à la fois. Dans l’humilité du quotidien ou sur la place publique. À l’ère de l’homo sapiens turbo, ces gens écrivent, bâtissent et cultivent des manières pour que l’humanité progresse et se poursuive en préservant un maximum d’équilibre et d’équité. De 1000 façons, avec les mains ou avec les mots, ils incarnent une résistance à la mondialisation des marchés. Ils osent dire : « et si nous redéfinissions notre manière d’être humain? ». Cette série est un appel à l’action citoyenne. Un chant d’espoir.
*La projection sera suivie d'une discussion avec le réalisateur, Hugo Latulippe.

11 avril 19h30 : Cultures en transition (v.f.)
A Cuba, en Angleterre, en France, la transition culturelle est en cours vers un futur dépassant l’insécurité alimentaire et les désastres écologiques.

Le film donne à voir des alternatives répondant à la triple menace du changement climatique, de la raréfaction du pétrole et des crises économiques. Les solutions sont simples, modiques et écologiques. Du balcon-potager à l'agroécologie au niveau national, elles favorisent les économies locales, les liens de voisinage, la résistance aux chocs extérieurs et la libre diffusion des savoirs.

La transition n’est pas une révolution mais une évolution, inspirée de notre histoire. C’est un projet convivial à l’opposé de l’exploitation industrielle. L’agriculture y devient la clé de voûte de la culture.

25 avril 19h30: Le Semeur
En plein cœur des méandres de Kamouraska au Québec, Patrice Fortier vit dans La Société des plantes où il préserve minutieusement, tel un copiste du Moyen-Âge, les semences végétales rares ou oubliées pour en faire des variétés « anciennes du futur ». Patrice jardine en rêvant et transforme ses récoltes en projets artistiques. Au fil des saisons, par la patience de ses gestes, il nous transmet sa passion et ses connaissances tout en constituant sa banque de semences. Ces germes de vie iront pousser dans des milliers de jardin potagers à travers la planète… Ode à la biodiversité végétale et à son patrimoine porté par un semencier original et génétiquement motivé! Attention, l’impossible est en cours… 

9 mai 19h00 : L'encerclement*
*EXCEPTIONNELLEMENT, LA PRÉSENTATION COMMENCERA À 19H.

À travers les réflexions et les analyses de plusieurs intellectuels de renom, ce documentaire trace un portrait de l’idéologie néolibérale et examine les différents mécanismes mis à l’œuvre pour en imposer mondialement les diktats.

Déréglementer, réduire la taille de l’État, privatiser, limiter l’inflation plutôt que le chômage, bref, financiariser et dépolitiser l’économie : les différents dogmes de cette pensée prêt-à-porter sont bien connus. Et s’ils s’immiscent lentement dans nos consciences c’est qu’ils sont diffusés à travers un vaste et inextricable réseau de propagande.

lundi 23 novembre 2015

Deux approches, trois erreurs

Paru au début du mois dans le Journal Métro, l’article Les deux approches de Miriam Fahmy comportait quelques éléments portant à confusion sur la nature des Initiatives de Transition. Saisissons cette occasion d'éclaircir certains aspects parfois mal compris de notre action.
Promenade sur la mode locale (2012)

Afin de porter à l'attention du public les consultations publiques de l'OCPM pour réduire notre dépendance aux hydrocarbures, l'article en faisait la comparaison avec l'approche des Initiatives de Transition. Selon l’article, le modèle des Initiatives de Transition, bien qu'intéressant, se développerait "en vase clos" de son environnement politique et économique. Il serait donc moins efficace que l'OCPM pour accomplir les transformations requises. Pourtant, l’implication de notre initiative Villeray en transition dans les consultations de l'OCPM est importante et nous ne voyons pas de contradiction entre nos deux modes d'action.

Bien que nous soyons convaincus de la bonne foi de la chroniqueuse, il nous est essentiel de corriger certaines perceptions, à la base du jugement sur lequel s’articule sa chronique :
  • Elle présume que les Initiatives de transition « cherchent toutes les façons possibles de satisfaire leurs besoins matériels sans utiliser les systèmes municipaux et commerciaux en place » : c’est faux.
  • Elle présume que les Initiatives de transition fondent un espoir de changements sans la participation des pouvoirs économiques et politiques déjà en place : c’est faux.
  • Elle confond résilience locale (transition) et autarcie (survivalisme).
Parlons d'abord de l’approche de transition. C'est un modèle de mobilisation des communautés pour diminuer la dépendance au pétrole et le réchauffement climatique, en renforçant la résilience socio-économique locale. C’est un vaste programme, très ouvert et très ambitieux, mais ce n'est pas n'importe quoi, et ne le définit pas qui veut!

Logo du Transition Nertwork
Il a été développé en Angleterre en 2005, il est utilisé par des centaines de communautés en transition et il est porté par un réseau international : le Transition Network. Au Québec, une seule initiative est officiellement reconnue par le réseau, soit Villeray en transition. Cette reconnaissance valide le fait que nous utilisons le modèle de façon authentique. Contrairement à ce qu’avance l’article, les liens avec l'administration locale sont une condition non-négociable afin d’obtenir cette reconnaissance et d’utiliser l'appellation “Initiative de Transition” de façon légitime. Les autres critères concernent notamment la connaissance du modèle de Transition, la collaboration avec le réseau et le respect de la diversité et l’inclusion (mixité sociale, interculturel, intergénérationnel, etc.).

De ce fait, les élu.e.s sont invité.e.s à nos activités et nous participons activement depuis 4 ans aux nombreuses consultations qui touchent Montréal et Villeray. Nous avons même parfois reçu de l'argent de l'arrondissement et de nos députés pour nos activités!

Notre conseiller de district, mercredi dernier.
Concernant la consultation d'initiative populaire sur la réduction de la dépendance aux hydrocarbures que vante l’article, nous souhaitons souligner que nous l’avons soutenue depuis le début, ainsi que Matthew Chapman, le formidable citoyen qui a fait les démarches pour l’obtenir. Dans le cadre de cette consultation, nous sommes membres de la Coalition climat Montréal, qui réclame une ville carboneutre pour le 400e de Montréal en 2042. Nous avons également participé à définir la question de la consultation, nous en avons fait la promotion, nous organisions le 18 novembre une consultation citoyenne en collaboration avec l'Éco-quartier Villeray et, ensemble, nous planifions une autre activité encore plus ambitieuse en février 2016. Avec toute l’énergie que nous déployons pour cette consultation, nous sommes désolés de nous y voir opposés par cet article.

VET au Bistro l'Enchanteur
Comme le suggère le modèle de transition, nous collaborons depuis bientôt cinq ans avec de nombreux commerçants de notre communauté pour réaliser nos projets, notamment dans le Comité mixte de Castelnau qui a mené à l'aménagement convivial de la rue De Castelnau au coeur de notre quartier. Les commerçants de Villeray nous ont aussi aidé en nous fournissant, au besoin, locaux et commandites. Nous collaborons également avec l'impressionnant réseau communautaire et institutionnel de notre quartier afin de mettre en valeur leurs activités qui correspondent à l'exigence de diminution de la dépendance au pétrole et d'augmentation de la résilience locale. Ce réseau local nous aide aussi volontiers dans la réalisation de nos activités.

Il faut le souligner: on fait tout ça parce que c'est agréable, naturel et efficace, mais aussi parce que c'est précisément ça une Initiative de Transition. La Transition se fait à partir de notre communauté, avec notre communauté, pour notre communauté.

Notre conseillère de district lors du Sommet de l'AU en 2012
Une visite sur notre page www.villerayentransition.info aurait donc rapidement évité les affirmations selon lesquelles les Initiatives de Transition «cherchent toutes les façons possibles de satisfaire leurs besoins matériels sans utiliser les systèmes municipaux et commerciaux en place» et que nous fondons un espoir de changements « sans la participation des pouvoirs économiques et politiques déjà en place ».

L’article mentionne finalement que le mouvement de transition prône l'autarcie alimentaire, ce qui est faux. L'autarcie est la stratégie des groupes survivalistes: une forme de retrait du système que n'encourage pas le mouvement de transition. Les groupes de transition parlent plutôt de relocalisation et de résilience. Les systèmes résilients, tels que décrits par le mouvement de transition, sont des systèmes autonomes, diversifiés et réseautés; pas isolés comme des communes autarciques! Les systèmes résilients sont capables de combler la grande majorité de leurs besoins localement, mais savent compter sur l'extérieur en cas de défaillance. Ils ne dépendent cependant pas exagérément de ressources, de technologies ou d'organisations sur lesquelles ils n'ont aucun contrôle, comme c'est le cas de la plupart de nos secteurs économiques et de nos communautés aujourd'hui.

Délices locavores lors du Sommet de l'AU en 2012
Pour ce qui est de l'alimentation, la situation est différente dans chaque communauté, selon les réalités culturelles et agricoles de chacune. Par exemple, en Écosse, le mouvement locavore Fife Diet avance l’idée de ramener environ 80% de l’alimentation en production locale et ultra-locale. 20% d'alimentation importée, c'est très loin de l'autarcie. Les jardiniers de transition ont de l’ambition à revendre, mais ils ne se font pas d'illusions. Alors, de grâce, ne leur en prêtons pas!

En bout de piste, l'article de Mme Fahmy se termine là où il aurait dû commencer : par l'idée que l'incapacité de nos pouvoirs force les citoyens d’aujourd'hui à s'engager de toutes les manières possibles. En effet, après 30 ans de résultats insuffisants, prenons acte qu'AUCUNE stratégie n'a prouvé sa supériorité en terme de lutte aux changements climatiques ou de dépendance au pétrole. C'est pourquoi nous nous engageons au respect de toutes les tentatives pour renverser la vapeur.

C'est dans l'addition de nos actions que réside l'espoir d'éviter l'effondrement et de créer de communautés plus solides et conviviales. Manifs, consultations, politique, diplomatie, technologie, jardinage, journalisme, Initiatives de Transition… tout ça n'est qu'une grande expérimentation. Arrêtons de chercher la recette éprouvée et la division. À toutes les échelles, prenons l'approche qui nous sied, fixons-nous des objectifs cohérents avec la réalité et mettons-nous en action!