lundi 23 novembre 2015

Deux approches, trois erreurs

Paru au début du mois dans le Journal Métro, l’article Les deux approches de Miriam Fahmy comportait quelques éléments portant à confusion sur la nature des Initiatives de Transition. Saisissons cette occasion d'éclaircir certains aspects parfois mal compris de notre action.
Promenade sur la mode locale (2012)

Afin de porter à l'attention du public les consultations publiques de l'OCPM pour réduire notre dépendance aux hydrocarbures, l'article en faisait la comparaison avec l'approche des Initiatives de Transition. Selon l’article, le modèle des Initiatives de Transition, bien qu'intéressant, se développerait "en vase clos" de son environnement politique et économique. Il serait donc moins efficace que l'OCPM pour accomplir les transformations requises. Pourtant, l’implication de notre initiative Villeray en transition dans les consultations de l'OCPM est importante et nous ne voyons pas de contradiction entre nos deux modes d'action.

Bien que nous soyons convaincus de la bonne foi de la chroniqueuse, il nous est essentiel de corriger certaines perceptions, à la base du jugement sur lequel s’articule sa chronique :
  • Elle présume que les Initiatives de transition « cherchent toutes les façons possibles de satisfaire leurs besoins matériels sans utiliser les systèmes municipaux et commerciaux en place » : c’est faux.
  • Elle présume que les Initiatives de transition fondent un espoir de changements sans la participation des pouvoirs économiques et politiques déjà en place : c’est faux.
  • Elle confond résilience locale (transition) et autarcie (survivalisme).
Parlons d'abord de l’approche de transition. C'est un modèle de mobilisation des communautés pour diminuer la dépendance au pétrole et le réchauffement climatique, en renforçant la résilience socio-économique locale. C’est un vaste programme, très ouvert et très ambitieux, mais ce n'est pas n'importe quoi, et ne le définit pas qui veut!

Logo du Transition Nertwork
Il a été développé en Angleterre en 2005, il est utilisé par des centaines de communautés en transition et il est porté par un réseau international : le Transition Network. Au Québec, une seule initiative est officiellement reconnue par le réseau, soit Villeray en transition. Cette reconnaissance valide le fait que nous utilisons le modèle de façon authentique. Contrairement à ce qu’avance l’article, les liens avec l'administration locale sont une condition non-négociable afin d’obtenir cette reconnaissance et d’utiliser l'appellation “Initiative de Transition” de façon légitime. Les autres critères concernent notamment la connaissance du modèle de Transition, la collaboration avec le réseau et le respect de la diversité et l’inclusion (mixité sociale, interculturel, intergénérationnel, etc.).

De ce fait, les élu.e.s sont invité.e.s à nos activités et nous participons activement depuis 4 ans aux nombreuses consultations qui touchent Montréal et Villeray. Nous avons même parfois reçu de l'argent de l'arrondissement et de nos députés pour nos activités!

Notre conseiller de district, mercredi dernier.
Concernant la consultation d'initiative populaire sur la réduction de la dépendance aux hydrocarbures que vante l’article, nous souhaitons souligner que nous l’avons soutenue depuis le début, ainsi que Matthew Chapman, le formidable citoyen qui a fait les démarches pour l’obtenir. Dans le cadre de cette consultation, nous sommes membres de la Coalition climat Montréal, qui réclame une ville carboneutre pour le 400e de Montréal en 2042. Nous avons également participé à définir la question de la consultation, nous en avons fait la promotion, nous organisions le 18 novembre une consultation citoyenne en collaboration avec l'Éco-quartier Villeray et, ensemble, nous planifions une autre activité encore plus ambitieuse en février 2016. Avec toute l’énergie que nous déployons pour cette consultation, nous sommes désolés de nous y voir opposés par cet article.

VET au Bistro l'Enchanteur
Comme le suggère le modèle de transition, nous collaborons depuis bientôt cinq ans avec de nombreux commerçants de notre communauté pour réaliser nos projets, notamment dans le Comité mixte de Castelnau qui a mené à l'aménagement convivial de la rue De Castelnau au coeur de notre quartier. Les commerçants de Villeray nous ont aussi aidé en nous fournissant, au besoin, locaux et commandites. Nous collaborons également avec l'impressionnant réseau communautaire et institutionnel de notre quartier afin de mettre en valeur leurs activités qui correspondent à l'exigence de diminution de la dépendance au pétrole et d'augmentation de la résilience locale. Ce réseau local nous aide aussi volontiers dans la réalisation de nos activités.

Il faut le souligner: on fait tout ça parce que c'est agréable, naturel et efficace, mais aussi parce que c'est précisément ça une Initiative de Transition. La Transition se fait à partir de notre communauté, avec notre communauté, pour notre communauté.

Notre conseillère de district lors du Sommet de l'AU en 2012
Une visite sur notre page www.villerayentransition.info aurait donc rapidement évité les affirmations selon lesquelles les Initiatives de Transition «cherchent toutes les façons possibles de satisfaire leurs besoins matériels sans utiliser les systèmes municipaux et commerciaux en place» et que nous fondons un espoir de changements « sans la participation des pouvoirs économiques et politiques déjà en place ».

L’article mentionne finalement que le mouvement de transition prône l'autarcie alimentaire, ce qui est faux. L'autarcie est la stratégie des groupes survivalistes: une forme de retrait du système que n'encourage pas le mouvement de transition. Les groupes de transition parlent plutôt de relocalisation et de résilience. Les systèmes résilients, tels que décrits par le mouvement de transition, sont des systèmes autonomes, diversifiés et réseautés; pas isolés comme des communes autarciques! Les systèmes résilients sont capables de combler la grande majorité de leurs besoins localement, mais savent compter sur l'extérieur en cas de défaillance. Ils ne dépendent cependant pas exagérément de ressources, de technologies ou d'organisations sur lesquelles ils n'ont aucun contrôle, comme c'est le cas de la plupart de nos secteurs économiques et de nos communautés aujourd'hui.

Délices locavores lors du Sommet de l'AU en 2012
Pour ce qui est de l'alimentation, la situation est différente dans chaque communauté, selon les réalités culturelles et agricoles de chacune. Par exemple, en Écosse, le mouvement locavore Fife Diet avance l’idée de ramener environ 80% de l’alimentation en production locale et ultra-locale. 20% d'alimentation importée, c'est très loin de l'autarcie. Les jardiniers de transition ont de l’ambition à revendre, mais ils ne se font pas d'illusions. Alors, de grâce, ne leur en prêtons pas!

En bout de piste, l'article de Mme Fahmy se termine là où il aurait dû commencer : par l'idée que l'incapacité de nos pouvoirs force les citoyens d’aujourd'hui à s'engager de toutes les manières possibles. En effet, après 30 ans de résultats insuffisants, prenons acte qu'AUCUNE stratégie n'a prouvé sa supériorité en terme de lutte aux changements climatiques ou de dépendance au pétrole. C'est pourquoi nous nous engageons au respect de toutes les tentatives pour renverser la vapeur.

C'est dans l'addition de nos actions que réside l'espoir d'éviter l'effondrement et de créer de communautés plus solides et conviviales. Manifs, consultations, politique, diplomatie, technologie, jardinage, journalisme, Initiatives de Transition… tout ça n'est qu'une grande expérimentation. Arrêtons de chercher la recette éprouvée et la division. À toutes les échelles, prenons l'approche qui nous sied, fixons-nous des objectifs cohérents avec la réalité et mettons-nous en action!

mercredi 11 novembre 2015

Un bulletin au-dessus des normales saisonnières

Beaucoup d'activités auront lieux en novembre pour Villeray en transition, voici un portrait dont nous sommes très fier.e.s!

17 novembre: Soirée d'information sur la Place De Castelnau

Suivi de l'Arrondissement sur le aménagements de cet été sur De Castelnau et suite du projet pour lequel nous avons été impliqué depuis 2011.
Tous les détails ici: http://bit.ly/1GehVIb

18 novembre: Consultation sur la dépendance aux hydrocarbures dans Villeray

Avec des dizaines de groupes et citoyens de Montréal, nous avons obtenu une consultation publique sur la réduction de la dépendance au pétrole de Montréal! C'est une occasion inespérée de parler de tous les projets dynamisants à mettre en place pour notre communauté et incontournables à terme pour vaincre les changements climatiques.

La question est vaste, alors on commence avec une petite soirée de réchauffement le 18 novembre à 19h au Patro Le Prévost, avec la collaboration de l'Éco-quartier Villeray. Nul besoin d'être expert ou experte en la matière pour contribuer!
Tous les détails ici: https://www.facebook.com/events/1485900005051221/

23 novembre: Soirée Transition Bus

Projection des courts métrages du Transition bus, avec la présence des réalisateurs, sur différentes initiatives inspirantes pour prendre le grand virage écologique qui s'impose.
Tous les détails ici: https://www.facebook.com/events/902094896492778/

27 novembre: En conférence à Bise d'automne

Blaise est l'invité du colloque d'ENvironnement JEUnesse afin de parler de La Remise.
Tous les détails ici: http://enjeu.qc.ca/-La-bise-d-automne-.html

Parlant de La Remise... 

Avec maintenant plus 400 membres actifs, près de 900 outils disponibles, environ 80 bénévoles, une foule de formations et des ateliers libre-service de travail du bois, des textiles et de mécanique vélo, La Remise a été retenue par La Presse comme l'un des 7 projets porteurs du mouvement Je fais MTL!

Avec la période de fêtes qui approche, La Remise se présente comme une solution pour confectionner ou offrir des cadeaux à très faible empreinte écologique.

Plus réseautée que jamais

Cet automne, Villeray en transition a fait un pas afin de se lier à différents mouvements québécois:


Nous somme fiers de nous inscrire dans ce déploiement citoyen constructif qui a le courage de choisir un futur positif et écologique pour le Québec, et d'agir sans attendre à sa réalisation!

Gaz Métro nous trompe-t-elle?

François s'est posé la question suivante: quelle est la légitimité des messages écologiques de Gaz Métro, grand fournisseur de gaz (naturel) de schiste, impliqué dans les projets dévastateurs de Pétrolia à Anticosti?

À lire ou relire ici: http://www.villerayentransition.info/2015/11/gaz-metro-la-verte-campagne.html

Besoins de bénévoles

Villeray en transition est toujours à la recherche de personnes pour participer aux communications et à l'organisation d'activité. Contactez info@villerayentransition.info pour offrir de votre temps, ça fait du bien!

lundi 2 novembre 2015

Gaz Métro, la verte campagne

Initialement publiée dans la section opinion
du Devoir le 2 novembre 2015

Affiche de la campagne de Gaz Métro
Tout le monde a vu depuis quelque temps la campagne de Gaz Métro, très agressive, qui cherche à nous convaincre que gaz naturel et environnement vont de pair : Éole Métro, Solaire Métro, Bio Métro. Un café équitable avec ça? Gaz métro se pose en nouveau chevalier du développement durable. Le message est clair : le gaz naturel est un gaz propre. Après tout, il est… naturel!

Or, ce que fait Gaz Métro, c’est miser sur l’ignorance des Québécois pour leur servir une entreprise de greenwashing parfaitement dégoûtante, et ce, précisément quand les forages controversés se multiplient. Il y a à peine un an, Gaz Métro a d’ailleurs conclu une entente avec Pétrolia pour s’assurer un monopole sur le gaz de schiste issu d’Anticosti. Est-il nécessaire de rappeler à quel point la fracturation hydraulique, seul processus utilisé pour l’extraction de cette ressource, est destructrice?

Nous savons que la fracturation hydraulique génère de vastes quantités d’eaux usées contenant, entre autres choses, des particules radioactives. Nous savons que la technique est tellement énergivore qu’elle produit à peine plus d’énergie qu’elle n’en consomme et que, par conséquent, elle ne doit sa prétendue rentabilité qu’aux incohérences de notre système économique. Nous savons aussi qu’en Pennsylvanie, une étude du gouvernement fédéral a démontré que 25% des puits ont mené à des contaminations des sources d’eau potable, et que ce chiffre risque d’être beaucoup plus élevé ici, en raison de la faible profondeur des gisements. Nous savons enfin que les puits libèrent des quantités de méthane importantes qui, selon certaines études, pourraient faire du gaz et du pétrole de schiste des sources énergétiques au potentiel de réchauffement climatique supérieure au charbon, lequel détenait jusqu’à récemment le record de l’énergie la plus polluante.

On nous dira que, précisément, puisque du méthane s’échappe des puits, mieux vaut essayer d’en récupérer une partie que de le laisser s’échapper dans l’atmosphère. C’est vrai. Mais devrait-on justifier le geste de Gaz Métro sous prétexte que les forages pétroliers d’Anticosti libéreront de toute façon le précieux gaz, ou ne devrait-on pas tout bonnement interdire les travaux de Pétrolia? Ce qui est sûr, c’est qu’à partir du moment où Gaz Métro s’associe à un processus à haut risque qui a toutes les chances de transformer Anticosti en désert huileux, l’entreprise perd toute crédibilité environnementale.

Photo aérienne de sites de fracturation hydraulique par
Bruce Gordon d'EcoFlight, via Flickr Creative Commons
Surtout que les investissements de Gaz Métro dans le gaz non conventionnel ne s’arrêtent pas là. En effet, une proportion importante du gaz vendu au Québec provient des puits de gaz de schiste forés en sol américain. Quelle proportion? Difficile d’avoir des chiffres précis, Gaz Métro refuse de les divulguer. En revanche, on sait que la quantité de biométhane injectée dans le réseau – ce fameux « Bio Métro » dont l’entreprise veut faire sa marque de commerce – est extrêmement marginale : environ 0.5% actuellement, avec un potentiel de 5 à 10% à long terme.

À l’heure du réchauffement climatique, le mot « naturel » a bon dos. Je m’étonne d’ailleurs que Shell n’ait pas encore pensé à nous vendre du « pétrole naturel », voire du pétrole bio. Parce qu’après tout, le pétrole est un produit de la nature, non? Les efforts de Gaz Métro pour développer les énergies renouvelables sont louables, mais tant que l’entreprise continuera à détruire d’une main ce qu’elle construit de l’autre, nous devrons reconnaître ces efforts pour ce qu’ils sont : un coup de pub.



François Geoffroy

Professeur de littérature au Collège Montmorency, membre du groupe citoyen Villeray en transition et membre fondateur des clubs Cinéthique, dans Villeray et à Laval.

---------------------------------------------------------

Sources :

  • Andrew Nikiforuk, «US Federal Report Confirms Water Pollution by Fracking »,The Tye, 8juin 2015.
  • Benjamin Zizi, « Du biogaz dans le réseau de Gaz Métro, c'est maintenant? », Écohabitation, 25 mars 2013.
  • Canadian press, « Climate expert says coal not oilsands real threat », CBC News, 20 férier 2012.
  • Équipe Catrbon Brief, « Why measuring fugitive methane emissions from shale gas production matters » Carbon brief, 24 juillet 2014.
  • Felicity Carus, « Dangerous levels of radioactivity found at fracking waste site in Pennsylvania », The guardian, 2 octobre 2013.
  • Florent Daudens, « Gaz Métro envisage d'importer plus de gaz de schiste au Québec », Radio-Canada.ca, 24 septembre 2012.
  • Laura Handal, Patrick Hébert et Bertrand Schepper, « Gaz de schiste : une filière écologique et profitable pour le Québec ? », IRIS, 17 février 2011
  • Philippe Gauthier, « Le fléau méconnu de la fracturation à faible profondeur », Voir.ca, 29 juillet 2015.

mercredi 14 octobre 2015

Cinéthique: programmation octobre-novembre

Nous sommes enchanté.e.s de vous revenir avec trois excellentes soirées de projections à la Taverne Jarry! Notez bien le changement d'horaire: les projections débuteront maintenant à 20 h 00 tapant. Pour le reste, on garde les ingrédients du succès: des films qui nous touchent et nous font réfléchir, des discussions qui nous poussent à passer ensemble à l'action, du pop-corn gratuit et une contribution volontaire à la hauteur des moyens de chacun et chacune!

26 octobre - Survivre au progrès


Au fil de l’histoire humaine, des innovations associées au progrès se sont souvent révélées destructrices.  Des intellectuels, des militants, des banquiers et des scientifiques les plus éminents du monde nous mettent au défi d’échapper aux « pièges du progrès », qui ont eu raison des civilisations antérieures et menacent insidieusement la nôtre.

Survivre au progrès est un requiem cinématographique à « la routine de l’évolution ».

9 novembre - The Yes Men fix the world (avec sous-titres français)

Ce duo d'activistes humoristiques manifeste à coups de canulars farfelus et subversifs. Habillés en costard cravate, en salopette moulante dorée, cachés dans une Survivaball gonflable, avec une moustache ou des lunettes grotesques, ils ont un objectif des plus sérieux: mettre fin aux dérives du néolibéralisme.

Les Yes Men sont là pour montrer par le ridicule les horreurs du statut quo et l'urgence d'un changement.

23 novembre - Courts-métrages du Transition Bus (avec sous-titres français)

Le Transition Bus est un autobus converti aux énergies renouvelables avec lequel Camille et Charlotte sillonnent l'Amérique du nord à la rencontre de collectivités qui expérimentent un développement local différent, prospère, écologique et équitable.

Au fil de leur expédition, les courts-métrages du couple révèlent une constellation d’entrepreneurs sociaux aux initiatives originales et porteuses d'espoir.

vendredi 2 octobre 2015

La question du siècle: réponse de Justin Trudeau, du Parti Libéral du Canada


Nous avons posé le 8 septembre dernier la question du siècle aux candidat.es de Papineau afin de connaître leur programme en matière d'énergie et de changements climatiques.
Nous publions cette semaine les réponses, par ordre de réception.

Voici la réponse de

Justin Trudeau, du Parti Libéral du Canada


Si je deviens premier ministre, je participerai à la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques en décembre 2015, et inviterai tous les premiers ministres provinciaux à se joindre à moi. Une réunion des premiers ministres sera ensuite organisée afin que nous puissions définir ensemble un cadre d’action pour lutter contre les changements climatiques. Au coeur de cet effort figurera la création d’objectifs nationaux de réduction des émissions qui tiendra compte de l’impact catastrophique qu’aurait une augmentation de plus de deux degrés, ainsi que de la nécessité d’une contribution du Canada aux efforts engagés pour éviter que cela ne se produise. Dans le cadre d’un accord sur la réduction des émissions conclu avec les provinces et les territoires, nous octroierons un financement pour les aider à atteindre ces objectifs.

Une décennie du régime Harper a considérablement érodé la confiance des Canadiennes et des Canadiens en leur gouvernement en matière de protection environnementale. Les libéraux lanceront  immédiatement un examen public des processus d’évaluation environnementale en vigueur au Canada. En se fondant sur les résultats de cet examen, un gouvernement libéral annulera les modifications apportées à ces processus par M. Harper et en instaurera un nouveau qui sera exhaustif, équitable et se déroulera en temps opportun afin de:
  • réinstituer une surveillance rigoureuse et des évaluations environnementales dans les domaines qui relèvent du fédéral;
  • garantir que les décisions se fondent sur des faits et sur des données scientifiques et probantes, et qu’elles sont dans l’intérêt du public; et
  • donner aux Canadiens intéressés des moyens d’exprimer leurs opinions, et à des spécialistes la possibilité de participer utilement aux processus d’évaluation. 
Un gouvernement libéral supprimera graduellement les subventions accordées à la production de combustibles fossiles. Nous collaborerons avec les États-Unis et le Mexique pour mettre au point une entente ambitieuse sur l’énergie propre et l’environnement qui s’appliquera dans tout le continent nord-américain. Nous ferons également un investissement dans l’infrastructure verte. Nous consentirons un financement ciblé dans les infrastructures et les systèmes résistants aux intempéries pour protéger la population, comme les barrages et les digues, ou encore le renforcement de réseaux énergétiques, visant à assurer une protection contre les incendies de forêt et les inondations.

--

jeudi 1 octobre 2015

La question du siècle: réponse de Chris Lloyd, candidat indépendant


Nous avons posé le 8 septembre dernier la question du siècle aux candidat.es de Papineau afin de connaître leur programme en matière d'énergie et de changements climatiques.
Nous publions cette semaine les réponses, par ordre de réception.

Voici la réponse de

Chris Lloyd, candidat indépendant


Pour éviter une catastrophe écologique, il est primordial de traiter avec sérieux la question des changements climatiques, sans toutefois mettre en péril la stabilité économique du pays. Je propose d’abolir toute exploration visant à découvrir de nouveaux foyers de fossiles combustibles : c’est maintenant qu’il faut amorcer la transition vert une économie verte.

Les subventions liées à l’exploitation des combustibles fossiles doivent être transférées immédiatement vers la recherche et les technologies innovatrices pour les sources d’énergie renouvelables : le vent, le soleil, la biomasse, les marées, la géothermie et bien plus encore.

Quant aux émissions des gaz à effet de serre, il faut développer une stratégie nationale et à cet effet, je m’appuie  sur les chiffres du parti Vert : l’objectif à court terme est d’atteindre 40% moins d’émissions qu’en 2005 d’ici 2025, et une réduction de 80% des chiffres de 1990 d’ici 2050. Concrètement, tous les paliers de gouvernement travailleront de concert, ce qui inclut aussi les communautés autochtones, qui ont une connaissance ancestrale du territoire.

L’industrie automobile doit être réglementée afin d’assurer une réduction drastique du nombre de véhicules polluants dans les agglomérations urbaines, et il faut investir massivement dans les transports en commun et adopter des mesures de réduction de vitesse – comme c’est déjà le cas dans Villeray.

Le gouvernement doit offrir des incitatifs alléchants (sous forme de crédits d’impôts) pour toute nouvelle construction certifiée LEED, et des pénalités pour celles qui ne le sont pas.

--

mercredi 30 septembre 2015

La question du siècle: réponse d'Anne Lagacé Dowson, candidate du Nouveau Parti Démocratique (NPD)


Nous avons posé le 8 septembre dernier la question du siècle aux candidat.es de Papineau afin de connaître leur programme en matière d'énergie et de changements climatiques.
Nous publions cette semaine les réponses, par ordre de réception.

Voici la réponse de

Anne Lagacé Dowson, candidate du Nouveau Parti Démocratique (NPD)

Le NPD veut faire du Canada un leader mondial dans la lutte aux changements climatiques

Êtes-vous tannés d’avoir un gouvernement conservateur qui nie l’existence même des changements climatiques?

Le bilan environnemental de Stephen Harper est à pleurer : affaiblissement des lois protégeant l’air, le sol et l’eau, camouflant ces attaques à nos lois environnementales dans des lois budgétaires.  Il a muselé ou congédié des scientifiques étudiant l’environnement. Il a octroyé des milliards en subventions à ses amis de l’industrie des combustibles fossiles.

Pendant les 13 années où le Parti libéral a été au pouvoir, le bilan d’émissions du Canada a été l’un des pires du monde industrialisé. Un conseiller de Jean Chrétien a même admis avoir ratifié le Protocole de Kyoto même s’il n’avait aucune intention d’atteindre les cibles. Les émissions du Canada ont excédé de 34 % la cible promise.

Encore aujourd’hui, Justin Trudeau rejette toute intervention fédérale dans le prix du carbone! Tout ça supposément pour privilégier l’économie. Mais dynamisme économique et protection de l’environnement ne sont pas incompatibles. Au contraire, la lutte contre les changements climatiques est une occasion à saisir.

Le NPD a un plan pour promouvoir les énergies vertes et lutter contre les changements climatiques. Thomas Mulcair s’est engagé à assister à la conférence sur le climat à Paris en novembre prochain avec des cibles et un plan.

Kyoto allait jusqu'en 2012 - à Paris, on doit adopter la suite. On veut se réengager sur la scène internationale en matière de changements climatiques. En ce sens, le NPD propose de réduire l’émission des gaz à effet de serre par 80 % sous le niveau de 1990 d’ici 2050, ce qui représente les cibles les plus ambitieuses de tous les partis.

Pour y arriver, nous mettrons en place un système de plafonnement et d’échange de droits d’émission qui fixera le prix du carbone.

Nous éliminerons les milliards de dollars en subventions des conservateurs à l’industrie des combustibles fossiles. Nous investirons dans les énergies vertes.

Plus on attend, plus il sera difficile et coûteux de changer le cours des choses. Ce sont les Canadiens qui feront les frais de l’inaction des conservateurs et des libéraux dans ce dossier, et c’est tout simplement inacceptable.

Le NPD rétablira la réputation internationale du Canada en matière d’environnement.


--

mardi 29 septembre 2015

La question du siècle: réponse de Maxime Claveau, candidat du Bloc Québécois

Nous avons posé le 8 septembre dernier la question du siècle aux candidat.es de Papineau afin de connaître leur programme en matière d'énergie et de changements climatiques.
Nous publions cette semaine les réponses, par ordre de réception.

Voici la réponse de

Maxime Claveau, candidat du Bloc Québécois


Le Québec fait preuve d’un grand leadership en matière de lutte aux changements climatiques. Malheureusement, son image internationale n’est pas pleinement reconnue en raison des mauvais résultats du Canada qui est maintenant un joueur incontournable sur le marché du pétrole. Alors, si le Québec est un leader dans la lutte aux changements climatiques, pourquoi ne pas inviter le Canada à s’inspirer de nous?

À cet effet, le Bloc Québécois estime que le Québec peut réduire de moitié sa dépendance au pétrole dans le bilan énergétique d’ici dix ans. Le défi est très ambitieux, mais il n’est pas impossible.

Nous entendons également mettre en place des mesures visant à réduire les émissions de GES. Ces mesures avaient par ailleurs été applaudies par Équiterre lors de l’élection de 2011. Parmi ces actions, nous proposons des mesures clés pour intensifier les efforts de recherche et le développement dans le domaine de l’électrification des transports, tout comme nous proposons un programme d’investissement de 40 milliards dans les infrastructures vertes. Bref, le programme du Bloc Québécois est plus que complet en ce qui concerne la lutte aux changements climatiques. 

Malheureusement, comme l’économie du Canada repose pour une bonne part sur l’industrie des combustibles fossiles, le tout sera difficile à implanter. Pour éviter que le Québec ne fasse les frais de la pollution du reste du Canada, le Bloc Québécois propose une approche territoriale avec la promotion active et le développement de la bourse du carbone mise en place par le Québec et la Californie en 2013; L’idée directrice étant de mettre sur pied un programme de pollueur-payeur, afin de pouvoir récompenser les provinces qui ont déjà pris des mesures énergiques pour réduire leurs émissions de GES, et de punir les provinces qui se traînent les pieds.

Il est plus que temps que les fautifs paient la note liée à la dégradation de notre planète. Nous sommes persuadés que si les valeurs environnementales ne sont pas leur priorité, les incidences financières les ramèneront à la raison.

--

lundi 28 septembre 2015

La question du siècle: réponse de Danny Polifroni, candidat du Parti Vert

Nous avons posé le 8 septembre dernier la question du siècle aux candidat.es de Papineau afin de connaître leur programme en matière d'énergie et de changements climatiques.

Nous publions cette semaine les réponses reçues par ordre de réception.

Voici la réponse de

Danny Polifroni, du Parti Vert du Canada


Le Parti Vert a un programme complet qui permettra au Canada non seulement de faire face aux changements climatiques, mais de créer un pays juste, prospère et sécuritaire. 

Le Parti Vert croit que le Canada devrait s'engager à réduire les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 40% en dessous des niveaux de 2005 d'ici 2025. L'objectif à long terme est d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, avec de nouvelles réductions des émissions de gaz à effet de serre d'au moins 80% à 90%, par rapport à 1990.

Pour ce faire, nous ferons en sorte que polluer coûte cher, et investirons dans les industries propres. Nous éliminerons les subventions aux hydrocarbures, une économie d'environ 1 G$ par année, et moderniserons 100% des bâtiments canadiens à un niveau élevé d'efficacité énergétique d'ici 2030.

Nous nous opposerons aux nouveaux projets d'exportation de bitume brut (pipelines et bateaux) et freinerons l'expansion des sables bitumineux tout en offrant aux travailleurs de cette industrie de la formation pour de bons emplois fiables à long terme et prêt de chez eux.

Les municipalités sont en première ligne des impacts des changements climatiques. Le Parti vert leur transférera donc 6,4 G$ par année, un point de pourcentage de la TPS, aux infrastructures municipales. Nous nous assurerons qu'une partie des transferts soit destinée aux transports en commun, à l'infrastructure piétonnière, cycliste et de covoiturage dans les villes.

Nous voulons aussi rebâtir la capacité scientifique publique perdue durant la dernière décennie en octroyant 75 M$ annuellement pour augmenter capacité scientifique essentielle à Environnement Canada, Santé Canada, Parcs Canada et Pêches et Océans Canada.

Finalement, nous financerons l'agriculture soutenue par la communauté (ASC), les marchés fermiers, les fermes et les producteurs à petite échelle, ainsi que les vignobles et les microbrasseries. Nous changerons de cap en priorisant le biologique et le durable plutôt que les biotechnologies et les élevages à haute consommation d'énergie.

Je vous invite donc a lire notre plateforme complète, incluant un budget, ici: https://www.greenparty.ca/fr/. Peut-être vous découvrez que vous êtes plus vert que vous le pensez! N'hésitez pas à me contacter avec toutes questions à danny.polifroni@partivert.ca.

--

mardi 8 septembre 2015

Question à toutEs les candidatEs de Papineau

Voici la question que nous adressons à tous les candidats et candidates de Papineau. Nous espérons pouvoir la poser lors de débats de circonscription, mais nous accepterons aussi des réponses écrites, que nous publierons sur notre blog, comme nous l'avions fait pour quatre candidatEs lors des élections provinciales de 2014.

Question:

Les scientifiques et les économistes nous avertissent depuis plus de 20 ans des conséquences des changements climatiques, provoqués principalement par notre recours excessif aux hydrocarbures.

Les actions insuffisantes des dernières années fait en sorte qu'on prépare de graves crises dont nous n'avons aujourd'hui qu'un avant goût de l'ampleur: montées des eaux, pénuries alimentaires, catastrophes météorologiques, réfugiés climatiques, etc. La situation exige que nous réduisions nos émissions de gaz à effet de serre rapidement, or, les engagements canadiens nous classent parmi les pires nations au monde à ce sujet. 

Avec l'ensemble de votre programme (en matière d'énergie, de transport, d'économie, d'agriculture, etc.), comment croyez-vous redresser la situation par rapport à la cible de 2 degrés Celsius de réchauffement climatique maximal, quelles cibles de réduction d'émissions de gaz à effet de serre votre gouvernement mettrait-il de l'avant et quelles mesures mettrez-vous en place relativement à la probabilité de plus en plus grande d'un échec à l'échelle internationale et de l'avènement probable d'une crise climatique majeure et irréversible?

vendredi 4 septembre 2015

Rendez-vous planétaire du mouvement de Transition

Venez assister avec nous au visionnement commun et en direct de la cinquième conférence internationale du Transition Network

Cet événement nous permettra d'en savoir plus sur les enjeux et les initiatives innovantes qui ont émergées à travers le monde. C'est également une belle occasion de se réunir afin de discuter des initiatives de transition au Québec.

Rendez-vous  ce samedi 19 septembre
dès 11h00 au local PK-3210, à l'UQAM.

La diffusion Web aura lieu de 11h30 à 13h30 
Elle sera suivi d'une sympathique discussion! Amenez-votre lunch, ça promet!

L'événement est organisé par le Réseau Transition Québec, l'Institut des sciences de l'environnement de l'UQAM et le Centr'ERE.

Aimez et partagez sur Facebook.

jeudi 3 septembre 2015

Cinéthique: s'informer... pour agir!

Nous revenons en force cet automne avec une série de projections de documentaires! S'informer et se rassembler pour agir, tels sont les objectifs de cette série nommée Cinéthique. C'est un rendez-vous, un lundi sur deux à La Taverne Jarry à 19h30.

Si vous en avez assez de vivre dans un sentiment d'impuissance permanent quand vous songez aux enjeux sociaux et environnementaux qui nous concernent tous, venez rencontrer des gens qui partagent vos préoccupations. Venez surtout travailler à mettre sur pied, avec nous, des solutions à l'échelle locale!

14 septembre - A crude awakening (v.f.)


Depuis la fin du 19e siècle, l'économie a reposé sur une consommation toujours plus grande de pétrole. Ce combustible extraordinaire a permis des progrès sans précédents mais, problème:  il est non renouvelable et menace aujourd'hui de dérégler notre climat de façon irréversible. 

A crude awakening explore la précarité de notre civilisation basée sur une consommation de pétrole sans limite et les solutions pour s'en sortir.

28 septembre - Pas de pays sans paysan

Sous la pression de multinationales de l'agriculture, la terre s'appauvrit, tout comme les cultivateurs qui sont à leur merci. Au Québec, au Vermont, dans les Prairies canadiennes et en France, des agriculteurs ont un tout autre modèle à proposer.

Pas de pays sans paysans fait place aux personnes qui demandent, inventent et expérimentent des alternatives!

12 octobre - Gasland

Depuis quelques années, l'exploitation du gaz naturel a pris d'assaut l'Amérique du nord grâce à la fracturation hydraulique et les gaz de schiste, une technique mal maîtrisée, dangereuse pour l'eau potable et la santé humaine. Pour arriver à ses fins, l'industrie a recours à des pratiques douteuses.

Alors que le Québec étudie présentement son potentiel gazier en vue de lancer l'exploitation, Gasland montre que le rêve du gaz de schiste a tout d'un cauchemar.



Suivez et partagez la programmation de Cinéthique sur sa propre page Facebook

vendredi 28 août 2015

Sondage Réseau Jardinage Villeray

Sommet de l'agriculture urbaine
de Villeray en 2012
Il y a plein de bonnes raisons de jardiner et de nombreuses façons de s'entraider pour rendre cette activité plus facile, moins coûteuse ou plus agréable. C'est pour cette raison que nous avons créé le Réseau de jardinage de Villeray en 2012, suite aux recommandations du Sommet de l'agriculture urbaine de Villeray.

Nous travaillons présentement à redéployer ce réseau, à partir des besoins de notre communauté: vos besoins!

SVP, aidez-nous définir les priorités du réseau en remplissant le sondage suivant: cliquez-ici.

Pas besoin d'être impliqué dans Villeray en transition pour répondre au sondage, partagez-le sans retenue!

mercredi 15 juillet 2015

Nouvelles d'été!

Voilà enfin les nouvelles d’été tant attendues!

D’abord, souhaitons la plus chaleureuse des bienvenues à Marie-Andrée, François et Françoise qui ont rejoint le comité catalyseur de Villeray en Transition. Elles et ils nous font déjà profiter de leurs vivantes personnalités, de leurs actions et de leurs idées. Nous en profitons pour vous remercier pour votre implication, petite ou grande! Et rappelez-vous : que ce soit pour discuter, partager, aider, mettre sur pieds vos idées, Villeray en transition est ouvert à tous et à toutes. Ensemble, nous réalisons de grandes choses, dont nous vous présentons ici les toutes dernières nouveautés.

La Remise
Le 8 juin dernier était l'ouverture officielle de La Remise! Nous avions émis le souhait de doubler notre inventaire d’outils 1 mois après. Eh bien des 350 présents le 8 juin, nous sommes heureux de vous annoncez que nous sommes rendus à 500. MERCI DE VOTRE GÉNÉROSITÉ!! Il en reste encore 200 à trouver pour atteindre notre objectif : consultez notre Liste des convoités et donnez! 

Rappelons que La Remise est une bibliothèque non pas de livres mais d’outils qui sont loués ou utilisés sur place. Le projet vise à contrer la surconsommation et à augmenter la capacité d’agir de ses membres tout en facilitant une transition vers un mode de vie plus résilient, solidaire et écologiquement soutenable.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site Internet laremise.ca ou écoutez la dernière entrevue donnée à Médium large. Encore mieux : venez nous visiter! 

Fruits défendus
La Cueillette de Villeray vous invite à les rejoindre pour des cueillettes d’arbres fruitiers dans le quartier! Chaque année, des milliers de fruits non récoltés tombent par terre et finissent abandonnés et gaspillés à Montréal. Face à ce gâchis, la Cueillette réalise la récolte de ces beaux fruits en rapprochant des propriétaires d’arbres fruitiers et des cueilleurs bénévoles. Les fruits sont ensuite répartis entre le propriétaire de l’arbre (1/3), les cueilleurs bénévoles (1/3) et un organisme local (1/3).

Vous avez un arbre fruitier à proposer (prunes, poires, pommes, noix, raisin ou autre)? Écrivez-nous! Nous cherchons également des chefs de cueillette, dont voici les tâches principales : contact des propriétaires, organisation d’un moment de cueillette, rassemblement de bénévoles, transport du matériel, livraison de la part de cueillette à l'organisme local etc. Une formation sera donnée et la saison se déroule de la mi-août à la fin octobre. Engagez-vous en nous écrivant à l’adresse : fruits@villerayentransition.info. 


Appel aux citoyens : plan de déplacement dans Villeray!
L’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension entreprend l’élaboration d’un Plan local de déplacements (PLD), qui vise à améliorer la qualité de vie des résidents ainsi qu’à faciliter et sécuriser leur mobilité. Ce plan portera sur tous les modes de transport urbains (automobile, marche, vélo et transport collectif). Suivez les informations sur ce site et surveillez nos annonces : Villeray en Transition souhaite participer à cette démarche

Ciné club Transition

Un passionnant projet de diffusion de documentaires est sur le point de voir le jour dans notre quartier! Ses membres vous convieront à des soirées discussions, échange et réflexion sur des thèmes qui touchent le Mouvement de transition. Le lancement est prévu pour le mois d’août : surveillez nos annonces! 

dimanche 29 mars 2015

Villeray, sors ta bécane!

Venez célébrer l'ouverture des pistes cyclables avec nous !

Lieu: Parc Tillemont (angle Tillemont et des Érables)
Date: Le 11 avril, reporté au 18 avril en cas de mauvais temps
Heure: 12h00 à 18h30

Pommes et jus offerts!
Mécanicien vélo sur place!
Prix de participation!

Pour vous inscrire, remplir ce formulaire.

Seulement les inscriptions avec le formulaire seront acceptées! Aucune inscription sur Facebook.

Les enfants de moins de 16 ans doivent être accompagnés d'un parent.

Nous demandons une contribution volontaire de 5$ à 10$ payable la journée du rallye.

Consultez ici l'événement Facebook!

Le trajet!


samedi 21 mars 2015

Jardins collectifs de Villeray: Saison 2015

La Maison de quartier de Villeray lance sa saison de jardinage 2015. Son Réseau des Jardins Collectifs recrute des participants(tes) jardiniers(ères) pour ses potagers.

La première rencontre d'information sur les jardins collectifs est fixée au e samedi 28 mars 2015, de 10h à  à 12h au 660 Villeray.

COMMENT ÇA MARCHE ? Sachez que la participation est gratuite et accessible à tous les résidents du quartier. Une parcelle de terre, des semences, des plants et des outils sont mis à la disposition des participants. De plus, un animateur horticole est disponible pour assister et conseiller les jardiniers. Ces derniers constituent des groupes de 3 à 15 personnes, pour planifier, jardiner, entretenir, faire la cueillette ensemble et enfin se partager la récolte. L’activité a lieu d’avril à octobre, à raison d’une fois par semaine. Elle se déroule dans une ambiance conviviale et dure 2 à 3 heures (max).

D’AUTRES ACTIVITÉS SONT OFFERTES
  • Production de plants en serre,
  • Jardinage à l’extérieur (de février à mai)
  • Plantation et entretien d’arbres et arbustes fruitiers.
  • Présentation d’ateliers thématiques : arrosage, fertilisation, plantes médicinales, cuisine...
  • Événements spéciaux : visite des jardins, exposition Art et Jardin, fête des récolte, etc.
Contactez M. Mohand Djebrani pour plus d'information.
Tél : (514) 272-5462 Courriel : rjcv@bellnet.ca Adresse : 660, Villeray, H2R 1J1

dimanche 8 mars 2015

La Remise: dernière semaine!

C'est la dernière semaine pour contribuer à doter Montréal de la première bibliothèque d'outils au Québec, un projet pratique, écologique, économique et solidaire. N'attendez pas!

À 7 jours de la fin de notre campagne de pré-abonnements et de dons pour La Remise, où en sommes-nous?  Après 23 jours (76% du temps de campagne), nous avons déjà plus de 17 000$ (78% de l'objectif) et 153 futurEs membres. Ça va toujours bien, mais ce n'est pas fini tant que ce n'est pas fini. Plus que jamais, nous aurons besoin de vous pour dépasser notre objectif d'ici samedi prochain.

Notre visite à la Toronto Tool Library
  • Pour les personnes qui n'ont pas encore contribué, on vous rappelle que vous pouvez obtenir des contreparties (produits et abonnements) pour tous les dons que vous ferez et que ce sont des cadeaux idéaux. Vous pouvez aussi devenir membre de soutien si vous trouvez le projet emballant mais que vous ne comptez pas l'utiliser. Finalement, c'est 100% sans risque puisque nous rembourserons tout le monde si l'objectif n'est pas atteint et que le projet ne peut pas démarrer. Contribuez maintenant au www.igg.me/at/laremise
  • Pour les personnes qui on déjà contribué, merci infiniment! Assurez-vous maintenant que votre entourage est au courant et que toutes les personnes intéressées ont fait un don. Vous pouvez aussi imprimer nos affiches (A, B ou C) et nos feuillets pour distribuer dans votre milieu d'étude, de travail ou votre voisinage.
Une partie de nos bénévoles lors du lancement
de la campagne le 13 février dernier.
Il est également possible de faire un paiement par chèque, au nom de Bibliothèque d'outils La Remise et de le faire parvenir directement chez notre trésorière, Sophie Levasseur, au 1250 rue Everett appartement 5, Montréal, (QC) H2R 1N3. Ne tardez pas, nous devons le recevoir d'ici samedi!

En bref, c'est maintenant ou jamais. Merci!

vendredi 30 janvier 2015

La première bibliothèque d'outils au Québec, dans Villeray : à vous de jouer!

Nous avons le plaisir de vous inviter au lancement de la campagne de sociofinancement de la coopérative La Remise, la première bibliothèque d'outils au Québec - un projet de Villeray en transition! Le dévoilement de la campagne aura lieu lors d'un 5 à 7 le 13 février au 2e étage du Pub Le Pourvoyeur (184 Jean-Talon Est).

Après avoir bâti notre équipe de bénévoles, peaufiné notre plan de match pendant plusieurs mois et amassé plus d'une dizaine de milliers de dollars en financement et en dons d'outils, La Remise est maintenant prête à affronter son moment de vérité. Elle lancera donc lors du 5 à 7 une campagne de préabonnement et de collecte de fonds afin de confirmer l'enthousiasme pour son service de partage d'outils et compléter le financement qui lui permettra d'ouvrir ce printemps.

Un moment exceptionnel à ne pas manquer!

Prix de participation, surprises, bouchées gratuites, spéciaux sur la bière et le gin seront de la partie, en plus de l'occasion de participer à la mise sur pied d'une alternative novatrice, au service du développement écologique et social de la ville.

Nous comptons sur une participation massive des Montréalaises et des Montréalais à cet événement et à la campagne qui suivra, à l'image des dizaines de villes d'Amérique du nord déjà conquises par le mouvement des bibliothèques d'outils.

Pour en savoir plus sur La Remise et ne rien manquer de la campagne de sociofinancement, visitez le www.laremise.ca et le www.facebook.com/laremisebiblidoutils

Merci de partager notre événement Facebook, jusqu'à ce que l'Internet brise!