mercredi 14 octobre 2015

Cinéthique: programmation octobre-novembre

Nous sommes enchanté.e.s de vous revenir avec trois excellentes soirées de projections à la Taverne Jarry! Notez bien le changement d'horaire: les projections débuteront maintenant à 20 h 00 tapant. Pour le reste, on garde les ingrédients du succès: des films qui nous touchent et nous font réfléchir, des discussions qui nous poussent à passer ensemble à l'action, du pop-corn gratuit et une contribution volontaire à la hauteur des moyens de chacun et chacune!

26 octobre - Survivre au progrès


Au fil de l’histoire humaine, des innovations associées au progrès se sont souvent révélées destructrices.  Des intellectuels, des militants, des banquiers et des scientifiques les plus éminents du monde nous mettent au défi d’échapper aux « pièges du progrès », qui ont eu raison des civilisations antérieures et menacent insidieusement la nôtre.

Survivre au progrès est un requiem cinématographique à « la routine de l’évolution ».

9 novembre - The Yes Men fix the world (avec sous-titres français)

Ce duo d'activistes humoristiques manifeste à coups de canulars farfelus et subversifs. Habillés en costard cravate, en salopette moulante dorée, cachés dans une Survivaball gonflable, avec une moustache ou des lunettes grotesques, ils ont un objectif des plus sérieux: mettre fin aux dérives du néolibéralisme.

Les Yes Men sont là pour montrer par le ridicule les horreurs du statut quo et l'urgence d'un changement.

23 novembre - Courts-métrages du Transition Bus (avec sous-titres français)

Le Transition Bus est un autobus converti aux énergies renouvelables avec lequel Camille et Charlotte sillonnent l'Amérique du nord à la rencontre de collectivités qui expérimentent un développement local différent, prospère, écologique et équitable.

Au fil de leur expédition, les courts-métrages du couple révèlent une constellation d’entrepreneurs sociaux aux initiatives originales et porteuses d'espoir.

vendredi 2 octobre 2015

La question du siècle: réponse de Justin Trudeau, du Parti Libéral du Canada


Nous avons posé le 8 septembre dernier la question du siècle aux candidat.es de Papineau afin de connaître leur programme en matière d'énergie et de changements climatiques.
Nous publions cette semaine les réponses, par ordre de réception.

Voici la réponse de

Justin Trudeau, du Parti Libéral du Canada


Si je deviens premier ministre, je participerai à la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques en décembre 2015, et inviterai tous les premiers ministres provinciaux à se joindre à moi. Une réunion des premiers ministres sera ensuite organisée afin que nous puissions définir ensemble un cadre d’action pour lutter contre les changements climatiques. Au coeur de cet effort figurera la création d’objectifs nationaux de réduction des émissions qui tiendra compte de l’impact catastrophique qu’aurait une augmentation de plus de deux degrés, ainsi que de la nécessité d’une contribution du Canada aux efforts engagés pour éviter que cela ne se produise. Dans le cadre d’un accord sur la réduction des émissions conclu avec les provinces et les territoires, nous octroierons un financement pour les aider à atteindre ces objectifs.

Une décennie du régime Harper a considérablement érodé la confiance des Canadiennes et des Canadiens en leur gouvernement en matière de protection environnementale. Les libéraux lanceront  immédiatement un examen public des processus d’évaluation environnementale en vigueur au Canada. En se fondant sur les résultats de cet examen, un gouvernement libéral annulera les modifications apportées à ces processus par M. Harper et en instaurera un nouveau qui sera exhaustif, équitable et se déroulera en temps opportun afin de:
  • réinstituer une surveillance rigoureuse et des évaluations environnementales dans les domaines qui relèvent du fédéral;
  • garantir que les décisions se fondent sur des faits et sur des données scientifiques et probantes, et qu’elles sont dans l’intérêt du public; et
  • donner aux Canadiens intéressés des moyens d’exprimer leurs opinions, et à des spécialistes la possibilité de participer utilement aux processus d’évaluation. 
Un gouvernement libéral supprimera graduellement les subventions accordées à la production de combustibles fossiles. Nous collaborerons avec les États-Unis et le Mexique pour mettre au point une entente ambitieuse sur l’énergie propre et l’environnement qui s’appliquera dans tout le continent nord-américain. Nous ferons également un investissement dans l’infrastructure verte. Nous consentirons un financement ciblé dans les infrastructures et les systèmes résistants aux intempéries pour protéger la population, comme les barrages et les digues, ou encore le renforcement de réseaux énergétiques, visant à assurer une protection contre les incendies de forêt et les inondations.

--

jeudi 1 octobre 2015

La question du siècle: réponse de Chris Lloyd, candidat indépendant


Nous avons posé le 8 septembre dernier la question du siècle aux candidat.es de Papineau afin de connaître leur programme en matière d'énergie et de changements climatiques.
Nous publions cette semaine les réponses, par ordre de réception.

Voici la réponse de

Chris Lloyd, candidat indépendant


Pour éviter une catastrophe écologique, il est primordial de traiter avec sérieux la question des changements climatiques, sans toutefois mettre en péril la stabilité économique du pays. Je propose d’abolir toute exploration visant à découvrir de nouveaux foyers de fossiles combustibles : c’est maintenant qu’il faut amorcer la transition vert une économie verte.

Les subventions liées à l’exploitation des combustibles fossiles doivent être transférées immédiatement vers la recherche et les technologies innovatrices pour les sources d’énergie renouvelables : le vent, le soleil, la biomasse, les marées, la géothermie et bien plus encore.

Quant aux émissions des gaz à effet de serre, il faut développer une stratégie nationale et à cet effet, je m’appuie  sur les chiffres du parti Vert : l’objectif à court terme est d’atteindre 40% moins d’émissions qu’en 2005 d’ici 2025, et une réduction de 80% des chiffres de 1990 d’ici 2050. Concrètement, tous les paliers de gouvernement travailleront de concert, ce qui inclut aussi les communautés autochtones, qui ont une connaissance ancestrale du territoire.

L’industrie automobile doit être réglementée afin d’assurer une réduction drastique du nombre de véhicules polluants dans les agglomérations urbaines, et il faut investir massivement dans les transports en commun et adopter des mesures de réduction de vitesse – comme c’est déjà le cas dans Villeray.

Le gouvernement doit offrir des incitatifs alléchants (sous forme de crédits d’impôts) pour toute nouvelle construction certifiée LEED, et des pénalités pour celles qui ne le sont pas.

--